Logo de la ville de Legé

Journal de naissance du centre commercial

IMG 0195

La création est toujours le fruit d’une longue réflexion

Tout commence par l’implantation d’un pôle scolaire (CES en 1973, maternelle du Chambord en 1977) et d’éléments structurants (Gendarmerie, Poste en 1975). Suivent la salle omnisports, le Crédit Agricole et Unico en 1976. Le tout à droite de l’axe Saint-Jean-de-Monts/Cholet sur des terrains acquis à l’association diocésaine de NANTES.

La dynamique expansionniste est en route. Aussi en 1981, la municipalité acquiert la grande propriété de l’ancien séminaire, bâtiments plus terrains (6ha 68) pour la somme 2 200 000 francs (335 387 €) suite à la délibération du 20 septembre 1980 accompagnée d’un subventionnement de minimum 720 000 (109 763 €). Par comparaison, coûts de la piscine et du centre de secours : 2 420 000 francs (368 926 €).

Mais que faire de cet ensemble ?

Pour les élus, le caractère de sauvegarde d’un patrimoine à l’abandon est indéniable et la partie foncière d’environ 6 hectares située en zone urbaine doit nourrir la réflexion du développement économique de LEGÉ.

Certains commerçants du bourg acceptent mal un transfert vers la zone du Chambord. En même temps, cet espace créé vers les années 1970 ne cesse de se développer.

Le choix est cornélien !!!

- Faut-il conserver ce bourg, vieille cité aux rues souvent étroites rendant le stationnement difficile ?
- Faut-il accéder aux désirs d’autres commerçants de développer leurs activités et favoriser l’implantation d’activités nouvelles ?
- Une telle évolution, est-elle souhaitable ?

Si les commerçants sont prêts à faire ce pari, c’est qu’ils espèrent un retour sur investissement dans un délai raisonnable.
Pour la municipalité, l’objectif est le développement de l’activité commerciale, conférant à LEGÉ un pôle attractif auprès des communes environnantes.

Aussi, le lotissement est autorisé, les travaux de viabilisation effectués… et en juin 1982, l’autorisation de vente de terrains est actée.

Il faut se rendre à l’évidence. Ce « nouveau quartier » pensé et créé il y a 40 ans se veut attractif et bien achalandé, permettant à LEGÉ d’avoir le statut de pôle d’équilibre sur le territoire du Pays de Retz. Mais notre identité historique est sauvegardée : le « vieux bourg » conserve son attractivité autour de la mairie, la maison des services (à venir), le pôle médical, l’église, la chapelle et quelques commerces dynamiques…

LEGÉ restera un lieu historique, mais chacun sait que l’histoire ne s’arrête jamais et que les projets sur notre commune nourrissent chaque jour les élus.

Michel PENNETIER, adjoint à la communication

Conception - Développement logo-bureau2crea-mini