Logo de la ville de Legé

L'histoire des plans d'eau du Paradis

Photo 2 couv

Nous sommes en 1986, les travaux de terrassement pour la future déviation battent leur plein. Un projet d’urbanisation vient d’avorter et voilà que l’idée d’aménager une zone de loisirs dans la vallée de la Logne, au lieu-dit le Moulin à l’Eau, refait surface. L’ensemble de cette zone s’étendait sur une quinzaine d’hectares dont 5 de plans d’eau, le reste pouvant se partager avec une aire de camping, une zone de détente et aires de pique-nique.

Le Conseil municipal du 30 septembre 1986, présidé par Monsieur Louis MARCETTEAU, Maire, a été unanime pour considérer ce projet comme intéressant pour la commune.

Remisé quelques temps suite au décès de Monsieur le Maire (31 mars 1987), les commissions municipales continuent de travailler sur le projet : créer un lieu propice à la détente et un espace ludique, invitant à s’arrêter sur le chemin des vacances.

Le troupeau habitué au site savoure sans doute ses dernières pâtures, car après avoir examiné l’avant-projet établi par la D.D.A. (Direction Départementale de l’Agriculture), les élus se sont tenus à la disposition du public lors d’une porte ouverte les 14 et 16 novembre 1987, suite à la réunion du Conseil municipal du 30 octobre 1987 (sous l’autorité de Madame Suzanne DANET, Maire).

Aussi, dans le cadre de présentation du budget primitif lors de la réunion de conseil du 29 mars 1988, les opérations d’investissements concernant l’aménagement du plan d’eau s’établissent de la façon suivante :
- subvention                                784 500 francs (119 596 €)
- autofinancement                       581 500 francs (88 649 €)
- prêt complémentaire                 320 000 francs (48 784 €)
- prêt relais TVA (2 ans)              314 000 francs (47 869 €)

A noter que ce nouvel investissement de 2 millions de francs n’alourdit pas la charge de la dette, suite à une renégociation de 5 prêts en cours.

Les choses vont bon train. Aussi en séance du 5 mai 1988, le conseil, après avoir écouté l’exposé présenté par la société SIMESCOL (étude géologique) et les conclusions de la D.D.A., les élus adoptent les décisions suivantes :
- le lancement d’un appel d’offres pour la réalisation de 3 plans d’eau ;
- l’exécution de sondage pour déterminer la nature du sous-sol (argile ou non dans le bassin de loisirs).

Au terme de l’appel d’offres du 18 juillet, le Conseil municipal dans sa séance du 16 août 1988, retient l’entreprise SERTP de Saint-Macaire-en-Mauges pour un montant de 1 474 431,64 francs (224 775,65 €). Dans la foulée, le démarrage de travaux est programmé pour le début septembre.

Chacun se souvient du ballet incessant des engins de terrassement pour dessiner petit à petit 3 bassins, là où quelques mois plutôt paissait un troupeau bien tranquille.

Plans deau 2

Ainsi, au lieu-dit le Moulin à l’Eau, est née cette zone de loisirs communément appelée « Les plans d’eau du Paradis ».

Aujourd’hui, ce vaste espace verdoyant est une halte privilégiée pour les différents circuits pédestres qui cheminent sur la commune. Les promeneurs et les pêcheurs en font également un rendez-vous de choix.
Merci aux élus d’hier d’avoir conçu cet écrin de verdure que les citoyens d’aujourd’hui continuent d’embellir.

Michel PENNETIER, adjoint à la communication

Conception - Développement logo-bureau2crea-mini