Logo de la ville de Legé

Journal de naissance de la place du Marché

IMG 0451

Suite au contournement Est de la commune et l’aménagement d’un pôle d’activité économique au bas du bourg (entre les Visitandines et la Colonne), c’est dès 1988 que la municipalité a porté sa réflexion sur un nouvel équilibre du bourg à partir de la place du Marché.

Appel a été fait au C.A.U.E. (Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement), service public du Conseil Général, pour l’aide à la décision d’aménager la place du Marché dans l’objectif de revitaliser le centre-bourg.

L’enjeu est important, la réhabilitation passe par l’acquisition puis la destruction des différents immeubles après de longues études architecturales pour la reconfiguration de cet espace, tant sur le plan de la sécurité que l’esthétique.

Cela nous amène en février 1993 où par délibération du Conseil municipal, la concrétisation du projet est votée, la collectivité devant s’engager pour l’obtention de subventions départementales.

Devant l’ampleur du projet et surtout de son coût, la proposition est faite d’établir la réalisation sur 2 ans : une tranche en 1993 pour 1 000 000 francs (152 449 €) et une tranche en 1994 pour 875 000 francs (133 393 €) couvrant l’estimation globale du projet.

Après études, analyses, réflexions et prises de décisions, l’heure est à la réalisation. Aussi dès juin 1993, les mâchoires des pelleteuses broient littéralement les entrailles de l’ancienne perception. Ces démolitions permettent à ce centre de respirer, cette ouverture permet aussi de rapprocher la lecture de l’église et de sa place. De plus dans cet espace public, la sécurité est accrue tout en conservant la contrainte de circulation. Les travaux vont s’étaler jusqu’en 1995.

Le « vieux bourg » reprend des couleurs, tant par le côté architectural que la vitalité des commerces existants et la concentration des services (mairie, multi-accueil, maison médicale…). La rue de la Chaussée n’est plus une route mais un axe majeur entre l’ancien et le nouveau en passant par une nouvelle vision de l’ancien séminaire en bâtiment public.

Comme le disait Monsieur le Maire dans son éditorial d’octobre 1995 : « Legé poursuit sa marche en avant. Ce poumon vert de la place du Marché, tant décrié au début, s’oxygène et s’étoffe, les pavés et dallages multicolores, ces façades fraîchement ravalées et lumineuses ne laissent plus indifférents les Legéens et les passants. Une saine émulation s’est créée… »

Michel PENNETIER, adjoint à la communication

Conception - Développement logo-bureau2crea-mini